25.11.14 // Perché.

Rue Génissieu / Par Goin

8 commentaires:

Raphaëlle a dit…

Ils sont rue Genissieu ce Goin et cette anamorphose ?? d'ailleurs vendredi soir vernissage de l'expo Goin à la Spacejunk !

phase3 a dit…

Urbain & Élégant : GOIN c'est TOP !
On sera au vernissage à la Spacejunk vendredi.

Stefan Jansson a dit…

That is a good one.

Jane Hards Photography a dit…

I love street art. It brightens up urban areas.

Gaëlle a dit…

Raphaëlle et phase3> bon vernissage alors ! Je ne suis pas certaine de pouvoir passer pour ma part.

Stefan Jansson> hanks a lot!

Jane Hards> I totally agree with you!

phase3 a dit…

Sensation bizarre, ce soir, quand je m'aperçois, qu'à l'instar du tatouage, le Graf est maintenant d'affaire de tous.

Gaëlle a dit…

phase3> je vois très bien ce que tu veux dire... Et ton parallèle avec le tattoo est très juste.
Ça marche aussi avec la musique d'ailleurs. Je viens pour ma part du metal et du hardcore, on est toujours passés pour des ringards post-adolescents mais depuis 2 ans c'est devenu le summum du bon goût de s'afficher avec 3 patchs sur son perfecto et d'aller au Hellfest parce que Télérama, le Monde et le Petit Journal en parlent comme s'ils avaient découvert le graal.
Quand ça fait près de 20 ans que tu es dedans, c'est un peu spécial de constater ce revirement de situation !

Mais c'est peut-être dans l'ordre des choses après tout. Les "subcultures" sont très souvent récupérées. Est-ce un bien, ou un mal ? Ça n'est pas forcément aussi simple à mon avis.

phase3 a dit…

Tellement de choses nous depassent. Je me demande même si le graffiti, au final, n'est pas devenu une sorte d'exutoire toléré parce-que, quelque part, il contribue à une certaine paix sociale, bizarrement.